Je n'aime pas avoir tort...

Publié le

L'art d'avoir toujours raison et une petite perle d'Arthur Schopenhauer dont tout le monde comprend clairement le principe, mais que peu font l'effort de lire. Il va falloir changer cela !

Ce bref livre est une parfaite illustration de notre société moderne (et pourtant, il date de 1830).
J'ai enfin les explications détaillées, expliquées points par points dans leurs grande largeur de pourquoi je hais débattre avec la moitié des gens, ainsi que regarder des débats politiques.

Schopenhauer sépare en effet constamment dans son argumentaire les points purement logique sur ce qu'il faut faire pour présenter une position inattaquable ou trouver le défaut de l'argumentaire adverse du purement subjectif. Car oui, même quand vous avez tort il y a un très grand nombres de techniques que l'ont peut employer pour se sortir d'un débat... ou d'une engueulade. Du pure coup d'audace, en passant par l'argument d'autorité, l'ironie, l'humour auprès du public ou encore ma mauvaise foi ou l'attaque personnelle, tous les moyens sont bons. Pire, certains de ces moyens ne sont pas employé que par les femm... ahem... 

Plus sérieusement, sans rentrer dans des stéréotypes crétins, vous vous rendrez compte que hormis votre chère et tendre et vos politiciens préférés, beaucoup de gens emploient ces techniques retorses ! C'est pour ça que vous et moi, n’arrivons pas systématiquement à avoir le dernier mot malgré notre sagesse supérieure. Convaincu ? Non ?! Tant pis, j'aurais essayé...

Le plus amusant peut être en lisant ce livre est de constater combien de ces principes nous mettons quotidiennement en application sur nos proches, même inconsciemment. A moins d'avoir un esprit obtus vous n'apprendrez vraisemblablement aucune technique à l'apparence miraculeuse pour soudain vous transformer en expert de la joute oratoire ; cependant l'exposé clair et détaillé mettra sans doute un peu d'ordre et de recul dans votre analyse personnelle, comme il l'a fait pour moi.

La plus grande limite reste quand même que vous aurez beau démontrer point par point quel technique ou faille est utilisée par votre vis-à-vis, il n'en reste pas moins qu'il peut tout simplement vous ignorer.

On peut s’engueuler avec n'importe qui, mais pas débattre. Bavards amateurs ou éclairés, soyez prévenus !

Publié dans Divers

Commenter cet article