La Voie des Ombres

Publié le par Fred

La Voie des Ombre est le premier tome de la trilogie l'Ange de la Nuit, écrite par Brent Weeks.

Ce roman de fantasy assez sombre (le titre est quand même un sacré indice !) est décrit par les éditions Bragelonne à mi-chemin entre Gemmell, Hobb et Lynch, ces trois grands noms du genre. Et à raison, car c'est une de ces petites perles qui se hisse au dessus du lot !

En bref : l'histoire depuis l'enfance jusqu'à l'âge adulte (mais toujours aussi irresponsable), d'un gamin des rues nommé Azoth qui parvient à se faire recruter par le plus grand tueur de son temps. L'objectif des plus classique : se sortir de la boue sanglante qui fait son univers. Malheureusement pour notre jeune héros, vivre tranquillement n'est pas au programme : la pègre locale est omnisciente, mener une double vie pose de sérieux problèmes, un Dieu ennemi et des royaumes voisins sont déterminés à grignoter son pays pour le quatre heure. 

L'univers de cette saga se veut à la fois sombre, riche et avec une pointe d'humour noire bien nette. Premier livre de l'auteur, il n'est certes pas dénué d'imperfections, mais l'ensemble reste tout de même très bien. D'ailleurs après le succès de cette première trilogie, l'auteur en à commencé une autre, Le Porteur de Lumière qui est encore meilleure (critique à venir).

Mais revenons à l'histoire. Azoth a 8 ans, vit dans la rue de vol à la tire, recherchant dans les ordures les quelques piècettes qui lui permettrons de payer la cotisation à sa guilde de jeunes voleurs. Avec ses meilleurs amis Jarl, et la muette Poupée il tente tant bien que mal de s'en sortir jusqu'au jour où Jarl se fait violer par le tyran du quartier et Poupée se fait défigurer. Car oui, on ne rigole vraiment pas dans l'univers de Brent Weeks...

Plein de haine Azoth décide de tout faire pour s'en sortir. Tout, ça implique de se faire recruter comme apprenti par Durzo Blint, une légende vivante parmi les tueurs. Mais Azoth oublie deux choses d'importance : premièrement le prix à payer pour accéder au statut d'apprenti va s'avérer très lourd, et violent. Deuxièmement, celui qu'il devra payer pour rester un tueur, froid, implacable le sera encore plus. Car aussi endurci qu'il croit être, la mascarade qu'il va entamer va durer toute sa vie. Amis, amours, fidélité à son pays, à un quelconque code moral, tous lui sont refusés s'il veut être le meilleur de la lie de la société...

Les années passent et plusieurs personnages font leur apparition. Notamment Logan, le stéréotype du jeune noble pétri de bonnes intentions mais n'ayant pas la moindre idée de la noirceur de la cité ou il réside. Mamma K, matrone parmi les courtisanes qui elle ne le sait que trop bien. Le Comte Drake, homme de bien et ancien esclavagiste. Solon un mage qui a passé la moitié de sa vie à mentir. Garoth Ursul le Roi-Dieu dont la déesse exige sans cesse plus de souffrance. Tous vont croiser à un moment la route de Azoth et Durzo, pour le meilleurs et pour le pire.

C'est donc un univers résolument très sombre qu'on nous dépeint ici, plein d'émotions violentes, souvent (mais pas toujours) mauvaises. Une histoire de haine, d'amour et d'ombres. J'ai beaucoup aimé l'ambiance dark fantasy du récit, parsemée régulièrement d'une solide dose d'humour noir pour relever le tout. La magie, quelques prophéties, une épée de pouvoir sont également au rendez-vous. Un premier tome prenant d'une excellente trilogie.

Publié dans Fantasy, Dark, Weeks

Commenter cet article