Seul sur Mars

Publié le par Fred

Seul sur Mars est un livre de SF écrit par Andy Weir, film adapté rapidement au cinéma avec Matt Damon dans le rôle principal.

En bref : une tempête de sable sur Mars cause le départ précipité de la mission spatiale qui y était stationnée. Dans la panique, l'astronaute Mark Watney est laissé sur place, considéré comme mort. Vivant grâce à un coup de bol obligatoire pour lancer l'intrigue, il va devoir utiliser toutes ses connaissances et les rares ressources abandonnées sur place pour survivre le temps que les secours arrivent... dans quatre ans !

Quand j'ai acheté Seul sur Mars j'avais deux préjugés, l'un positif parce que j'adore l'espace et que avec un peu de chance on mettra le pied sur Mars de mon vivant (ce qui fait rêver le môme qui est en moi), et un négatif parce qu'un livre aussi rapidement adapté en film me faisait craindre un scénario hollywoodien. Au final très bonne surprise pour moi, j'étais captivé et j'ai expédié le tout d'une traite !

Watney est débrouillard, motivé, patient, et - à l'exception de quelques boulettes de premier ordre - très bon bricoleur. C'était un plaisir de suivre ses déambulations sur Mars et tenter de reprendre contact avec la Terre pour chercher de l'aide ! Au moindre pépin du matériel, c'est la mort assurée.

Globalement on retrouve deux grosses critiques sur Seul sur Mars avec lesquelles je suis en désaccord.

Premièrement : les maths et la physique sont très présents. Pas sous forme de formules, rassurez vous, mais plus sous forme d'explications techniques. La survie sur Mars est en effet présentée sous la forme d'une série de casse-têtes que doit résoudre Watney. De l'eau, en passant par la difficile question de la nourriture, le calcul d'un itinéraire, les problèmes d'oxygène plus les nombreuses défaillances technique au cours de la très très très longue mission sur Mars... tout y passe.

Ce n'est pas l'île mystérieuse de Jules Verne : retrousser ses manches et espérer ne suffira pas. Alors oui, notre astronaute solidaire anticipe, calcule constamment ses besoins en ressources, sa consommation, estime sa durée de survie, réajuste constamment en fonction des pépins qui se présentent... Franchement il fallait s'y attendre ! On n'envoie pas un astronaute sur Mars comme on planifie une sortie au supermarché ! Personnellement cet aspect ne m'a pas dérangé, au contraire ça n'a fait que contribuer au réalisme de la chose et au dépaysement. Cependant, le lecteur non averti risque d'être surpris par la froideur scientifique du récit.

Deuxième critique cinglante : l'état émotionnel de Watney tel qu'il est décrit que beaucoup ont décrit comme "plat" ou "peu concerné". Là encore je ne suis pas d'accord. Bon...okay il est (relativement) peu paniqué par sa situation. Moi à sa place j'aurais fait 3 dépressions, quatre tentatives de suicides et trente fois dans mon froc au fil de ses péripéties. Et vous auriez surement fait pareil, aussi pitoyable que ça paraisse, assis tranquillement dans nos fauteuils derrière l'écran.

Mais monsieur Watney est cosmonaute ne l'oublions pas. N'en déplaise nos sévères esprits critiques ce n'est pas n'importe qui. Rappelons quand même que sur les milliers (millions ?) de gens qui veulent devenir astronaute, seule une poignée est sélectionnée. Ceux qui passent cette épreuve subissent une formation intense, ce sont de véritables petits génies, cracks dans leurs domaines respectifs, qui tiennent une forme olympique grâce à un entrainement intensif, sont évalués régulièrement par les meilleurs psy (comprendre les plus chers) que leur gouvernement peut payer afin de s'assurer de leur stabilité émotionnelle. En plus de tout cela ils sont entraînés à des scénarios aussi improbables que mortels pendant des années et à des missions de plusieurs mois en parfaite autonomie (véridique, voir les missions entrainement en antarctique pour les incrédules). Donc, oui, effectivement, le personnage ne réagit pas du tout comme nous. Normal.

Enfin, ce livre contient également une bonne dose d'humour noir, du second degré et des situations très décalées qui, pour ma part, m'ont arraché pas mal de sourires (enfin, considérant le fait que c'est pas vraiment une histoire gaie, de base).

L'histoire est majoritairement un huis-clôs centré sur Watney, mais vers le tiers du livre commencent des intermèdes avec la Terre, puis avec ses compagnons d'équipage qui ont entamé leur voyage de retour.Ces petits passages sont des coups de cœur, et les réactions de ces gens, quand ils se rendent compte qu'ils ont abandonné leur collègue ou ami seul sur Mars sont très intéressantes. Réel attachement ou crainte de la presse, la motivation ne leur manque pas pour tenter un sauvetage à deux cent millions de kilomètres de distance !

En résumé, un excellent livre selon moi, il mérite vraiment le détour. Cependant méfiez vous si vous attendez quelque chose de Vancien dans le type de narration (allant droit au cœur de l'action, peu de détails techniques ou de descriptions), ou quelque chose de plus émotionnel (comme dans le film Seul au monde, où Tom Hanks se retrouve seul sur une île déserte). Ce ne sont pas les points d'ancrage de ce livre, donc soyez y préparés. C'est de la SF assez différente de ce a quoi vous avez pu être habitué.

Après visionnage, le film est globalement fidèle pour ceux qui l'ont vu. Bien sûr, scénario hollywodien oblige le coté complexe/scientifique est nettement atténué en comparaison du livre, de même que l'humour y est plus présent. Un film tout a fait correct somme toutes.

 

Publié dans SF

Commenter cet article