Monster Club

Publié le par Fred

Jean-Luc Masbou et Thierry Leprevost font équipe pour nous présenter Monster Club, une BD de steampunk comique. Connus respectivement pour leur travail sur De Capes et de Crocs et Garulfo, deux très bonnes BD française, ils se sont associés pour produire cette œuvre de 56 pages aux personnages truculents. 

Quatrième de couverture :
Ils ont chassé le singe géant de l'Himalaya, traqué le serpent de mer, prouvé que le kraken n'était pas une légende ! Ils sont cryptozoologes, ils sont le... Monster Club.
Suivez les aventures, tirées d'histoires vraies de ces hommes européens et américains, qui sous le règne de la reine Victoria, repoussèrent les limites de la science au péril de leur... de leur... Hum !... En fait, non ! Désolé ! Rien n'est tiré d'une histoire vraie... Mais nous vosu invitons quand même à suivre leurs aventures !

 

A la fin du XIXème siècle, deux groupes d'aventuriers explorateurs distincts décident de former officiellement un club. Européens d'un côté, américains de l'autre ils se mettent d'accord sur le nom de "Monster Club". Leur ego ne peut pas tolérer cependant qu'un autre groupe de rivaux outre-atlantique leur vole la vedette en même temps que le nom. Après en avoir référé aux plus hautes instances (qui se contrefichent royalement de cette histoire), ils décident d'organiser une expédition en Sibérie à la recherche d'une vallée perdue censé renfermer des créatures étranges. Aussitôt c'est la poursuite qui s'engage pour parvenir au scoop du siècle (section découvertes bizarroïdes) et tous les coups sont permis.

A l'aide d'engins de locomotion baroques, les deux groupes vont entrer en compétition et se faire tous les coups de crasse possibles pour ralentir leurs rivaux. L'histoire entière n'est au final qu'un prétexte pour mettre en scène ces personnages hauts en couleurs tandis qu'ils s'observent en chiens de faïence.

Étonnamment il y a peu de paysages et de créatures : les cases sont majoritairement occupées par nos douze personnages principaux. Le dessin est malgré tout soigné pour ces derniers et le travail de couleur de qualité nous plonge bien dans l'ambiance.

Niveau contenu, l'humour est très présent. Que ce soit par des piques bien lancées, des gags plus grossiers où des blagues récurrentes, on ne s'ennuie pas dans cette BD !
Peut être un peu trop de personnages à mon goût, cependant le travail pour leur fournir un background est considérable pour une BD. Les épisodes suivant seront certainement plus dynamique n'ayant plus à présenter autant de nouvelles têtes au lecteur. Finalement c'est somme toute un bon moment à passer !

 

Publié dans BD

Commenter cet article