Wollodrïn - Le matin des cendres

Publié le par Fred

couverture WollodrinUne critique courte en cette période de fêtes et qui porte sur la saga d'heroïc fantasy en BD Wollodrïn, et en particulier les deux tomes qui composent l'aventure intitulée Le Matin des Cendres. Le scénario est de David Chauvel et le dessin de Jérôme Lereculey.
 
En bref : Ils sont six, dans une cellule de prison froide et pas très accueillante (une cellule quoi !) et sont tous condamnés à mort pour leurs méfaits - réels ou prétendus. Sur un heureux coup du sort, un reître mystérieux a besoin de former une équipe pour une mission à haut risque, menée par des individus sacrifiables. Appâtés par une forte récompense et une échappatoire à la prison et la corde, nos six héros acceptent de sauver une jeune noble de ses kidnappeurs. Ce n'est qu'une fois la mission commencée qu'ils réalisent qu'en réalité celle-ci est en fait esclave d'une tribu d'Orcs qui sont justement sur le sentier de la guerre. L'aventure s'annonce mal partie...
 

Que dire du Matin des Cendres ?

Tout d'abord concernant la forme : le dessin est soigné et les couleurs judicieusement choisies pour contribuer au réalisme et à l'ambiance. Les tons vert et ocres conviennent parfaitement aux nombreux paysages traversés, tandis que les jeux d'ombres et les flashs rouges viennent surligner les scènes de tensions et de violence.
 
Concernant l'histoire, elle est somme toute classique. Un groupe d'aventuriers se retrouver à aller sauver une belle en détresse. Sauf qu'ici la fameuse belle n'est qu'un prétexte pour lancer les péripéties. Non les deux vrais points forts de cette BD ce sont les personnages et les Orcs. Bien que les seconds fassent théoriquement partis des premiers, je me permet de les distinguer car à une exception près les orcs ne sont pas des personnages ici. Ils sont alternativement des créatures violentes faites pour la guerre, et des silhouettes imposantes, impressionnantes pétries de traditions et de sentiments inexprimés. Oui, rien que ça, il faut lire cette BD pour bien comprendre.
 
L'équipe de nos héros comporte un Rétiaire aussi héroïque que moustachu. Le genre de personnage qu'on a pas envie de contrarier. Avec lui maître Jokkï, un Nain à la langue bien pendue mais capable d'entrer dans une rage sanguinaire, Onimaku une scout experte en Orcs, un vieux sage et un archer au style de mousquetaire. Chacun de ces compagnons de voyage a sa propre histoire qui sera abordée, sincèrement ou non par vantardise.
 
Découpées en deux fragments que sont la traque et la survie, on suit leurs aventures avec attention. Contrairement à ce qu'on aurait pu attendre d'une histoire aussi classique, le ton évolue progressivement vers un tout autre genre. Dans les péripéties de nos compagnons, l'amitié, la trahison, le respect et la mort seront du voyage !
 

Publié dans BD, Divers, Fantasy

Commenter cet article