Fille de l'Empire

Publié le par Fred

couverture Fille de l'EmpirePremier tome de la Trilogie de l'Empire, co-écrite par Raymond E. Feist et Janny Wurts, le roman Fille de l'Empire est de la fantasy comme on l'aime avec en plus un personnage féminin fort pour relever le niveau.
 
En bref : le monde de Midkemia est fortement stratifié avec une société de classe rigide et un sens de l'honneur extrême. Un jour les magiciens de l'Empereur découvrent un moyen d'accéder à un autre monde, riche en ressources qui manquent à l'empire qui plus est. Les puissants partis politiques s'affrontent alors et finalement décident d'entrer en guerre. Ce livre n'est pas leur histoire. Mara, benjamine de la maison des Acoma comptait vivre tranquillement dans un lieu de méditation le reste de sa vie. La mort de son père et de son frère sur l'autre monde change tous ses plans. Elle doit reprendre les rênes de sa maison en déroute et apprendre à diriger si elle veut sauver les Acoma. L'honneur est une chose, mais ses ennemis sont néanmoins prêt à tout pour s'emparer de ses terres. Ce livre raconte comment une jeune femme, encore quasiment fille s'oppose à tous ses adversaires à force d'ingéniosité et de ténacité pour gravir les échelons un par uns.
 

J'avais déjà lu auparavant du Feist, et si ses univers étaient aussi variés qu'exotiques, je n'avais apprécié ses œuvres que sans plus. La faute à un ton un peu trop prosaïque et des personnages un peu trop plat. Et c'est là que l'apport de Janny Wurts a tout son impact en compensant tous ces points faibles.

En effet, les personnages sont le grand point fort de cette trilogie, en particulier dans ce premier tome. Mara bien en tête, ils sont élaborés, réfléchis, courageux, ambitieux, subtils ou retors. Heureusement ils ont un paquet de défauts qui compensent leur penchant naturel pour le complot et la politique sanglante, ce qui les rendent à la fois plus intéressant (avec leurs failles) et plus humains. Encore une fois, Mara est en tête dans ce roman, étant à la fois forte dans son rôle de dirigeante mais sans singer ses homologues masculins. La cohabitation est parfois fragile avec les émotions de la jeune fille (on la comprend après avoir perdu toute sa famille et face aux dangers affrontés) mais marche très bien. Du commerce (incluant les pillards et contrats trompeurs) en passant par la politique et les armes : Mara va devoir faire face dans autant de domaines. Et comment dans toute cette complexité penser à l'avenir ou à ses propres sentiments ?
 
Ce premier tome est largement centré sur Midkemia, et on sent que les auteurs se sont inspirés des civilisations chinoises et japonaises pour re-mixer l'ensemble à la sauce fantasy et obtenir un monde cohérent mais très différent de notre société occidentale. La politique, la religion, un sens particulier de la morale, de l'honneur et même l'architecture et la culture : autant d'aspects dépaysants.
 
Fille de l'Empire est mon roman préféré de la saga pour toutes les raisons énoncées plus haut. En plus, il peut se lire indépendamment des autres œuvres de Feist dans le même univers (en fait j'ai commencé par cette trilogie), et même des deux suivants. On ne reste donc pas sur sa faim, même si, tome d'introduction oblige, on a droit à un certain nombre de présentation de personnages et de lieu ayant une importance ici ou par la suite. Ce qui signifie que la première moitié du roman ne contient que (relativement) peu d'action. Si j'émet une réserve sur le coté acariâtre/autoritaire/pleurnicheuse qu'acquerra Mara pour les prochains tomes (de façon progressive heureusement), en revanche rien à dire sur ce point là pour le moment.
 
En bref, un très bon livre, avec d'excellents personnages dans un univers complexe, au sein d'une société en pleine transformation, des ruses en tout genre, de l'action et même de la romance. Que demander de plus ?

Publié dans Fantasy

Commenter cet article