Le Château Noir

Publié le par Fred

couverture le chateau noirLe Château Noir est le deuxième tome de la saga de dark fantasy La Compagnie Noire (le nom est un indice subtil), écrit par Gleen Cook. La critique du premier tome est disponible ici, et comme de juste cet article contient quelques spoilers. Quelques rappels permettent malgré tout de commencer la lecture par celui-ci sans véritable pénalité si vous avez sauté le premier tome.
 
En bref : la rébellion contre la Dame et ses sbires adeptes de magie maléfique a échouée. La Compagnie Noire a payé de son sang et finalement l'a emporté, maintenant tout ce qu'ils voudraient c'est couler des jours heureux (de mercenaires !) pour la suite de leur contrat sous les ordres de la Dame. Mais Toubib sait que Chérie, la jeune enfant muette qu'ils avaient recueillie est en fait la Rose Blanche, l'élue censé mettre un terme à tout ça. Étant encore trop jeune pour faire face au tyran, elle a fui dans le nord avec Corbeau son acolyte et protecteur patibulaire. Seuls quelques vétérans connaissent ce secret qui leur vaudra une mort horrible s'il s'ébruite. Le hic c'est que le Dominateur, feu mari de la Dame et monstre nécromant de première catégorie n'a pas dit son dernier mot. Après des siècles sous terre à ruminer sa revanche il a un plan : un sordide château noir semble émerger dans le nord perdu, et il se nourrit de cadavres...
 

L'histoire reprend quelques années après le précédent volume. C'est de nouveau Toubib, médecin, annaliste et bougon officiel de la Compagnie qui nous raconte leurs aventures. On alterne cependant cette narration avec un dénommé Marron Shed, un pauvre bougre tavernier du nord qui voit débarquer un jour chez lui une jeune femme et son acolyte Corbeau. Lui va tenter (et échouer) de vivre tranquillement face à sa pauvreté, des préteurs sur gages tenaces et les magouilles de Corbeau. Pendant ce temps Toubib et quelques uns des éléments les plus colorés de la troupe sont envoyés dans le coin. La Dame s'inquiète du possible retour de feu son époux. Si elle est tyrannique et indubitablement mauvaise, lui l'est dix fois pire. Bon gré, mal gré Toubib et ses compagnons vont devoir obéir aux ordres donnés alors qu'ils n'ont qu'une envie : fuir à l'autre bout du monde.
 
De toute la longue saga de la compagnie noire, ce tome est l'un de mes préférés. On y retrouve bien sûr l'univers sombre à souhait du premier, ses personnages bougons n'étant pas des enfants de cœurs, des "gentils" faisant de belles saloperies, et des méchants ayant parfois un vague relent de morale et de bonté. Toujours pas de cet agaçant manichéisme qu'on nous a trop souvent sorti donc, mais ce n'est pas pour autant qu'il n'y a pas de contraste.
 
Le fait d'avoir des points de vue extérieurs à la Compagnie Noire pour une fois (grâce à ce bon vieux trouillard de Marron Shed) apporte un plus significatif. Sa vision pessimiste des choses montre bien que la Compagnie s'est taillée depuis des années une réputation incroyable de baroudeurs invincibles. Alors qu'en fait ils ont surtout recours à la ruse, l'illusion et toutes les magouilles possibles et imaginables. Et ils ont beau râler comme pas deux et risquer leur vie ce faisant on voit bien qu'ils sont nés pour ça !
 
Le château noir se nourrit de cadavres et est en fait un genre de porte permettant le retour de son ténébreux maître. Mais dans la ville voisine de Génépi, la pègre a la main haute, et avec des individus aussi violents et déterminés que Corbeau ils ne vont pas manquer de matière première. L'arrivée de la compagnie noire pour juguler le phénomène est délicate, car ils doivent à la fois faire avancer les choses (personne ne veut le retour du vieux nécromant) mais garder les secrets qui leur vaudraient une mort terrible. Le plus embêté dans cette histoire c'est comme d'habitude Toubib. Sa curiosité à l'égard de la Dame et le fait d'avoir un temps écrit des poésies romantiques à son sujet n'est pas passé inaperçu. Maintenant il dispose du statut peu enviable de chouchou officiel de la femme la plus dangereuse au monde.
 
Mon coup de cœur va sans doute au moment où la Compagnie Noire se lance vraiment dans les magouilles à Génépi. Jonglant entre la Dame, ses Asservis rancuniers, les forces de police locale, la pègre, leurs anciens amis sur place et le retour du Dominateur. Un véritable cache-cache, à manipuler les informations de leur mieux pour masquerleurs véritables plans. A cavaler dans tous les sens au détriment de leur sommeil mais pour parvenir à bâtir un enchevêtrement de mensonges suffisamment convainquant pour tirer leur épingle du jeu. Un vrai petit régal.
 
Les ingrédients habituels sont réunis, humour noir, action, tension et personnages hauts en couleur. Contrairement au précédent tome l'action est plus lente à mettre en place - ce qui veux dire aussi qu'on saute moins du coq à l'âne entre deux batailles. Un des meilleurs roman de fantasy noire que j'ai lu et définitivement un livre à lire pour les curieux voulant se mettre au genre.

Publié dans Fantasy, Dark, Favoris

Commenter cet article