Le Dragon Réincarné - La Roue du Temps n°3

Publié le par Fred

Le Dragon Réincarné est le troisième tome de la (très longue) saga de fantasy La Roue du Temps de Robert Jordan. Les critiques des deux premiers tomes sont disponibles ici et , comme de juste il y a quelques spoilers !

Couverture le Dragon RéincarnéEn bref : Cette fois, plus de doute, Rand est bien le Dragon Réincarné. Le berger qui rêvait de vivre des aventures à changé d'idée quand il a réalisé qu'il était maudit, la cible de prophéties et le responsable d'un bazar à une échelle mondiale. Avec Perrin et Moiraine, il passe l'hiver dans un camps avec ses premiers fidèles, des soldats du Shienar. Mais entre les assassins et les attaques Trolloques il a du soucis à se faire, d'autant que la terrible blessure qu'il a récolté dans son combat contre Baal'zamon ne guérit pas. Mat, le parieur insouciant a sonné du Cor de Valère, rappelant les héros morts à la vie pour l'aider. Il est devenu contre son gré quelqu'un de très important. Dans l'immédiat cependant il est en route pour Tar Valon avec Egwene, Nynaeve et Elayne pour être guérit une fois pour toute de la mortelle contagion de sa dague maudite. Elles, en revanche, sont plus inquiète de retourner dans la cité des Aes Sedai avec une information dangereuse : l'Ajah Noire, les serviteurs du Ténébreux ne sont pas un mythe, et elles sont bien décidées à frapper...

En dépit de son titre, ce qui surprend dans ce tome, c'est la relative absence de Rand, pourtant devenu (de loin) le personnage le plus important de la saga. C'est sans doute une bonne chose quand on y réfléchit puisque cela nous permet de développer des personnages laissés un peu dans l'ombre jusqu'à présent. Au premier lieu je citerai Perrin, le forgeron capable de parler avec les loups. Moins impulsif que Mat, moins prompt à la colère que Rand, il est ce grand dadais que tout le monde pense beta. Sauf que s'il parle peu, c'est qu'il réfléchit posément avant d'agir. Une fois lancé c'est une force de la nature avec sa hache, surtout si on éveille avant sa colère et sa bestialité lupine...

Perrin donc va devenir plus important, et c'est son point de vue que l'on va suivre alors qu'il se lance à la poursuite de Rand. Oui j'ai oublié de précisé que sous la pression qu'on lui imposait depuis des mois, Rand a craqué et décidé d'aller traverser la moitié du monde seul pour attaquer une forteresse qui n'est jamais tombé et qui contient Callandor, l'Épée-qui-n'es-pas-une-épée. Un artefact de Pouvoir incroyablement puissant, preuve incontestable aux yeux de tous qu'il est le Dragon et non pas un imposteur. De nombreux hommes envieux de puissant ont essayé de s'en emparer jusqu'ici, et tous ont échoué. Et encore, eux n'avaient pas à faire à des Réprouvés furieux, avides de pouvoir après 3000 ans passés enfermés dans la prison du Ténébreux...

En chemin Perrin va rencontrer Faile, une aventurière en quête du Cor de Valère qui va déceler le potentiel mystérieux du groupe à Perrin et lui coller aux basques (au grand dam de ce dernier). Surtout que Min lui a fait quelques prédictions qui l'inquiètent au plus haut point...

Mat est le deuxième personnage principal de ce livre, toujours aussi facétieux, toujours aussi insaisissable c'est un éternel gamin qui ne rêve que de rester tranquille (en empochant au passage quelques piécettes et en charmant le plus de femmes possible). Il va se découvrir un genre de nouveau pouvoir, lié à sa nature de Ta'veren : la chance. A un degré inouï. A rendre quelqu'un suicidaire plus exactement.

C'est un tome relativement calme (sauf le final évidemment) qui nous présente pas mal de nouveaux éléments du monde de la Roue du Temps et en détaille d'autres. On passe un moment à Tar Valon, la plus belle cité du monde, et surtout celle où se trament le plus de complots. On croise de nouveaux quelques Aiels, ces terribles guerriers venus du Désert qui sont décidément toujours où on les attend le moins. Enfin on a un aperçu de plusieurs Réprouvés et de leurs plans. Ces derniers se sont confortablement installés sous de fausses identités à des postes de pouvoirs dans les plus grande cités du monde. Car oui quand on est un méchant d'envergure on ne s'embête pas avec les détails et on assigne un Réprouvé quasiment à la tête de chaque royaume pour contrôler d'emblée la moitié du monde.

Petit coup de cœur pour Perrin et Gaul l'Aiel avec une des conversation les plus posée qu'on puisse imaginer entre deux massacres. Et aussi la scène de la forge, même si elle est plus anecdotique. 

En revanche Egwene entre dans une phase où elle me tape sur les nerfs avec son ego exacerbé (surtout vers la fin du tome). Tout est toujours de la faute des autres (surtout les hommes), qui ne servent d'après elle à rien et ne font que la déranger. Et d'ailleurs en cas de débat avec quelqu'un elle a toujours raison. Et ce même quand elle est évidemment en tord. Un peu trop caricaturale et insupportable à mon goût, heureusement elle reste un personnage mineur, et on en apprécie que plus les autres par contraste. Surtout Aviendha, mais ça c'est une autre histoire... (je suis un fanboy j'y peux rien)

Globalement un peu moins bon selon moi que le précédent tome, il renouvelle cependant la formule, les narrateurs et les décors et fait une excellente transition avec les trois prochains tomes car il est un véritable basculement entre deux phases totalement différentes de la saga. Avant on avait des aventuriers tentant de survivre et se baladant de gauche à droite. Après le Dragon Réincarné les enjeux vont être revus à la hausse !

Publié dans Fantasy, Jordan, Favoris

Commenter cet article