Le Trône du Dragon

Publié le par Fred

couverture trone du dragonLe Trône du Dragon est le premier tome d'une série de huit livres écrite par Tad Williams, intitulée l'Arcane des Épées. Au vu du nom et de mes goûts littéraires vous aurez deviné qu'il s'agit d'un roman de fantasy !
 
En bref : Simon est un marmiton dans le château du Hayolt et rêve simultanément d'aventures et qu'on le laisse tranquille, certainement pas de passer sa vie à faire la cuisine et le ménage. Aussi, quand l'occasion se présente, il devient l'apprenti du docteur Morgénès, un sage résidant au château. Alors que l'adoré Roi Jean, vainqueur du Dragon et maître de toutes les terres humaines est mourant, Simon va avoir ses premiers aperçus des complots qui se trament. Certains prenant leur origine il y a des siècles, quand l'humanité a écrasé par les armes ses prédécesseurs, les Sithis immortels. Les deux fils du Roi Jean se haïssent et pourraient bien déchirer le royaume quand ce dernier passera l'arme à gauche, surtout que l'aîné, Élias est conseillé par un prêtre défroqué, Pryrates adepte de magie noire. Ajoutez à cela une princesse en  détresse, un Troll sympathique, des épées de pouvoir, des prophéties millénaires et vous obtenez une aventure à faire regretter au pauvre Simon ses rêves de jeunesse !
 

Qu'on se le dise, avec ses huit volumes, l'Arcane des Épées est une œuvre colossale de la fin du vingtième siècle. L'auteur à fortement été influencé par le Seigneur des Anneaux et la Belgariade dont on retrouve un certain style et plusieurs éléments en hommage. Tad Williams a voulu créer un cycle d'envergure avec ses cultures, ses races, ses royaumes etc... La plupart des grands noms cités ont une origine détaillée, des ancêtres dont les hauts faits sont la fierté. Des batailles légendaires ont refaçonnés le monde, des races déclinantes ont été chassés, des religions crées puis abandonnées...

C'est d'ailleurs peut être le plus gros défaut de ce premier livre selon moi : l'auteur veut en faire trop et trop vite. Ce qui fait que malgré les qualités de la saga, il y a un certain nombre de lourdeurs et de ralentissements qui apportent un background souvent intéressant, certes, mais au détriment de l'intrigue principale. Exemple typique des tomes d'introduction, le Trône du Dragon n'est pas mauvais, mais il ne s'y passe vraiment pas assez de choses pour captiver le lecteur. Heureusement la suite de la série est bien plus riche en faits et vaut le coup d'œil.
 
Le deuxième défaut selon moi c'est le comportement trop immature de Simon. Alors oui, le pécore/gamin qui va tout devoir apprendre du monde exotique qui l'entoure est un artefact classique de la littérature, mais là un peu trop. Ses compagnons l'appellent même régulièrement "tête creuse". Enfin, une fois encore ça ira mieux par la suite (sans être totalement réglé).
 
Comme je fais partie de ces gens qui ne supportent pas de lire un livre ou un épisode de série juste parce qu'on m'a affirmé "tu verras c'est bien à partir de tel moment", parlons maintenant des qualités de ce livre et pas des suivants.
 
Tout d'abord il y a ladite richesse de l'univers exposée plus haut. OK, parfois ça ralenti le rythme, cependant en contrepartie on a vraiment l'impression d'appartenir à un autre monde avec ses mythes et légendes, son histoire pas toujours rose et ses héros. Par exemple, les Sithis forment un peuple inhumain très intéressant, avec une longue histoire de conflits avec les humains. Initialement on ne peut s'empêcher de les comparer aux Elfes du Seigneur des Anneaux mais plus on en apprend, plus on s'écarte d'eux par la société et le comportement, plus proche des prédateurs que des mangeurs de salades.
 
Les personnages, s'ils sont déjà nombreux, il sont pourtant bien menés. Tourmentés ou sympathiques, on s'attache particulièrement à Josua, prince cassant et victime des tourments de son frère arrogant. Ma préférence va à Binabik un Troll des montagnes qui est une petite créature savante, avec un humour bien particulier et une façon de parler approximativement le langage humain assez drôle. Et aussi, il a une louve pour meilleure amie, donc il ne peut être que cool !
 
Un tome souffrant de lenteurs, malgré tout j'y suis resté attaché, présentant (à raison) que les choses allaient s'accélérer par la suite. De très nombreux thèmes sont abordés avec beaucoup de sérieux et un sens du dramatique certain. Une mise en bouche correcte pour une saga d'envergure qui mérite qu'on s'y intéresse. Un "vieux" classique de fantasy au final meilleur que de trop nombreuses sorties modernes, remplaçant la complexité de leur univers par du cul et du sang en quantité.
 
La critique du second tome se trouve ici.

Publié dans Fantasy

Commenter cet article