Les Diables du Ciel

Publié le par Fred

Les Diables du Ciel est un roman de science fiction de William C. Dietz dont l'action se passe dans l'univers de Starcraft.
 
Couvertture les diables du cielEn bref : (quatrième de couverture)  Pour les pauvres travailleurs courageux des mondes de la Confédération, la guerre des Guildes est un lourd tribut à payer. Attiré par la promesse d’une récompense financière, un contingent de nouvelles recrues rejoint les forces armées aux côtés d’un grand nombre de criminels devenus mystérieusement dociles et de quelques gradés douteux. Jim Raynor, un adolescent de dix-huit ans, plein de testostérone et désireux d’arranger la situation de ses parents, s’envole pour le camp d’entraînement et fait ses premiers pas sur le champ de bataille. Néanmoins, il découvre rapidement qu’il ne se bat pas réellement pour la mission officielle.

Pour la première fois, les fans de StarCraft connaîtront les origines de l’amitié à toute épreuve qui unit Jim Raynor, le jeune prodige, et Tychus Findlay, le soldat de toutes les combines. Assistez à leurs combats sur les fronts d’une guerre interplanétaire sans merci, et découvrez l’immoralité de la hiérarchie des forces confédérées, en proie à une corruption si répréhensible qu’elle sème la destruction et la mort de manière incommensurable au sein même du peuple de la Confédération. 
 

J'ai une opinion assez mitigée sur Les Diables du Ciel. Tout d'abord je suis un fan pur et dur de la série, ce qui signifie que j'avais à la fois des attentes assez hautes, une certaine connaissance de l'univers mais une bonne dose tolérance indulgente.

Du côté des points positifs le roman est accessible à tous, même ceux n'ayant pas la moindre fichue idée de ce que diable peut bien être Starcraft (honte à eux au passage). Dans le futur, un gouvernement véreux multi-planétaire recrute de nombreux jeunes gens pour renforcer son armée et faire face aux nombreux problèmes rencontrés (principalement à cause dudit gouvernement pourri jusqu'à la moelle). Jim Raynor, dix huit ans et pécore de son état fait partie des jeunes recrues qui s'engagent par idéalisme. On assiste à son intégration au système militaire (avec son quota de frictions) et petit à petit le jeune Raynor perd ses illusions à mesure que se révèle à lui la corruption du système. Il y a aussi les autres marines, qui sont plus souvent des anciens prisonniers lobotomisés pour être obéissant que des volontaires comme lui.
 
Le style de Dietz convient bien selon moi à l'univers militaire qu'il décrit ici. Assez froid et expéditif somme toute, mais suffisamment clair et dynamique pour retranscrire les scènes de batailles. Heureusement il a bien progressé depuis Les Flood (tome 2 de la saga Halo dont que j'avais déjà décrié dans ma critique sur Halo 1). Rien de génialissime donc mais tout à fait correct.
 
Concernant l'histoire, en tant que fan j'ai certes apprécié de retrouver des personnages comme Raynor et Tychus, mais globalement j'ai trouvé les objectifs peu importants (surtout quand on compare au scénario quasi apocalyptique du reste de la saga). Je m'attendais à d'avantage de révélation mais somme toute le scénario était assez linéaire et prédictible. Pour les non-fans de la saga en revanche il y a un peu plus de nouveautés.
 
Si Raynor est toujours aussi cool (bien qu'inexpérimenté au début de l'aventure), en revanche la grande amitié qu'on nous vend avec son collègue militaire Tychus m'a doucement fait rigoler. Il n'y a aucune fraternité juste deux soldats qui tentent de s'en sortir tant bien que mal. Point positif, les missions de l'unité Diable du Ciel sont suffisament audacieuse (pour ne pas dire suicidaires) pour ne pas qu'on s'en offusque.
 
Au final un livre de SF sympathique mais sans plus. Comme souvent dans les univers étendus de jeu ou films (Star wars, Star Trek, Warcraft) le résultat n'est pas probant mais se lit malgré tout sans efforts. S'il est accessible à tous, je suis fan je l'ai dévoré avec plaisir, mais les autres lecteurs devraient sans doute se rabattre sur d'autres livres de SF.

Publié dans SF

Commenter cet article