Quand le monde ne tourne plus rond

Publié le par Fred

Spin - Couvertutr - Charles WilsonAujourd'hui, on parle de Spin, premier tome d'une trilogie de SF par Robert Charles Wilson. Un livre alternativement acclamé et décrié dont la plus remarquable caractéristique n'est certainement pas son étrange couverture phosphorescente !

En bref : le jeune Tyler, douze ans vit tranquillement avec ses deux amis, les faux-jumeaux super-intelligents que sont Diane et Jason. Alors que lui est secrètement amoureux de Diane, le monde en revanche est autrement plus préoccupé... Le Spin une "barrière" de nature inconnue a soudain entourée la Terre. Du jour au lendemain, les étoiles sont masquées, le soleil remplacé par une lumière similaire, et personne ne sait ni pourquoi ni comment. Le hic, c'est qu'à l'extérieur de la barrière du Spin, le temps s'écoule des millions de fois plus rapidement que sur Terre. D'ici quelques décennies ce sera la fin du monde : après une longue vie bien remplie de 10 000 000 000 années, le soleil aura grossi au point de carboniser la Terre. Face à l'extinction à moyen terme, le citoyen lambda ne percute pas vraiment, mais la société humaine est sur le point de s'effondrer.

Spin est un roman très particulier, notamment par son mélange improbable de genres et son approche. La barrière de Spin elle-même, le décalage incroyable temporel et toutes les conséquences qui en découlent font partie du domaine de la hard-SF. C'est tellement loin de notre technologie que notre imagination a du mal à suivre. Pourtant toute l'histoire est racontée du point de vue de Tyler, d'abord adolescent, puis adulte responsable. Souvent on apprend les fait indirectement en même temps que lui qui fait office de "Mr Tout le monde". Le décalage entre les deux est conséquent et globalement beaucoup de gens ont été déçu de "s'attarder" autant sur l'impact du Spin sur la vie alambiquée des personnages et pas sur de la pure SF. Ce n'est pas mon cas !
 
Faire des postulats abracadabrants sur une science tellement avancée qu'elle en devient magique c'est bien joli. Voyager dans l'espace est un rêve. Donnez moi un vrai sabre-laser, là, maintenant et je redeviendrais un gosse. Cependant la SF ce n'est pas que de la science exacerbée, c'est surtout l'impact que cela a sur la société qu'on nous décrit. Comme la magie en fantasy, la science perturbe ici le monde que nous connaissons, y ajoute des situations étranges et inconnues auxquels les gens qui les vivent doivent réagir. C'est ça qui est censé nous faire réagir, pas un pistolet qui fait piou piou en tirant des projectiles quantiques ! C'est sans doute la moitié de la raison qui a poussé des gens à ne pas aimer Spin. On les comprend, quand le contexte est si poussé dans le thème hard-SF on a envie de se laisser porter, et pas de retourner dans des choses plus classiquement terre-à-terre.
 
Mais revenons-en aux personnages qui sont centraux à l'histoire. Tyler est une sorte de trait d'union entre le Spin et la Terre, entre les gens parfaitement normaux (et donc ignorant de la situation parce qu'on la leur a cachée, ou insouciant face aux problèmes plus concrets de l'immédiat) et les jumeaux.
 
Jason est initialement le fils à papa riche, formé à devenir chef d'une grosse compagnie. C'est aussi un génie poussé par une soif de savoir virant à l'obsession. Le Spin est la plus importante, et peut être la dernière énigme pour l'humanité : il va se jeter dessus et consacrer sa vie à comprendre ce qui se passe. Rien d'autre ne compte, tout le reste n'est qu'obstacle sur cette voie. Pion du puissant paternel, il va s'émanciper progressivement dans sa quête de réponses. C'est lui la principale source d'information "SF" que l'on a au fil du temps.
 
Diane est tout aussi brillante mais beaucoup moins détachée que son frère. Elle n'est pas intriguée par le Spin mais plus agacée et effrayée. Jonglant avec son histoire ambigüe avec Tyler, elle va se réfugier dans des religions de plus en plus étranges au fil du temps. Si on vous annonce que l'apocalypse est inévitable des années à l'avance on peut s'attendre à un regain d'intérêt pour 1) son âme, 2) sa foi, 3) profiter de sa vie au maximum, et surtout 4) si Dieu existe, il pourrait pas faire un petit miracle pour tous nous sauver ?
 
Pendant ce temps la joyeuse société dans laquelle ils évoluent progresse lentement sur sa pente descendante. On passe vraiment par les cinq stades du deuil : choc, déni, colère etc... Bien sûr des solutions sont proposées, originales en plus, mais on sent bien que face au gigantisme du Spin il va falloir plus qu'un peu de jus de cerveau pour résoudre le problème.
 
La fin, je l'avoue, m'a quand même un peu déçue, je m'attendais à quelque chose d'un peu plus grandiose, même si elle est somme toutes cohérente. J'ai malgré tout un coup de cœur pour l'ambition incroyable des projets lancés pour contourner le problème du Spin (je ne peut pas dire plus sans spoiler allègrement). Idem pour l'hommage scientifique à Von Neumann utilisé à un moment et qui touche à l'informatique, même si, là, je suis encore moins objectif !
 
Au final un bon livre, qui touche à de nombreux sujets : science, religion, société devenant totalitariste, amélioration génétique, définition du genre humain, ambition démesurée, jalousie amour et amitié. Une approche percutante au début, racontée avec un décalage et plusieurs ellipses dans le temps. Certes pas exempt de défauts, mais très bon malgré tout. En tout cas de la SF qui change !

Publié dans SF

Commenter cet article