A contre-pied : Pair de l'Empire

Publié le par Fred

Pair de l'Empire, Feist, tome 2 trilogie de l'Empire
Pair de l'Empire est le deuxième tome de la trilogie de l'Empire (!) écrite par Raymond E. Feist et Janny Wurts. La critique du premier tome (que j'avais beaucoup aimé) est disponible ici. Dans cet épisode d'à contre-pied je vais médire d'une œuvre de fantasy moderne que beaucoup de gens estiment incontournable.
 
En bref : la jeune Mara s'est retrouvé propulsée à la tête de sa maison, et par voie de fait du domaine familial des Acoma et de ses rivaux mortels. Ayant survécu avec panache aux premiers complots visant à l'éliminer, Mara vogue maintenant sur sa toute nouvelle popularité. L'ennui, c'est que depuis qu'elle est sur le devant de la scène les enjeux ont sensiblement augmentés... et surtout les risques.
Pendant ce temps, la guerre entre l'Empire et les étrangers de l'autre monde se poursuit violemment, au gré des changements de politique entre les partis. Mara va commencer à peser sensiblement dans la balance, mais l'arrivé de Kevin un jeune esclave obstiné va très vite la perturber...
 

J'aime beaucoup la trilogie de l'Empire et je me souviens qu'à ma première lecture j'avais tout autant apprécié ce tome. Peut être était-ce l'idiotie de la jeunesse (ne jamais rater une occasion de dénigrer ses puînés, c'est l'attribut de la sagesse il parait), ou bien mes goûts ont changés. En tout cas, malgré ces indéniables qualités, j'ai eu bien du mal à terminer ce deuxième volume.

Commençons par ses points forts. Pair de l'Empire reprend dans la lignée du premier tome. On y retrouve la même culture étrange : un genre de mixe des anciennes sociétés japonaises et chinoises remanié à la sauce fantasy. Les personnages, baignant dans ce monde étrange pour nous autres occidentaux/personnes réelles ont des réactions souvent surprenantes, parfois stupides mais toujours rafraîchissante. C'est un vrai plaisir de découvrir ce monde de Kelewan, avec toutes ses coutumes, ses races non-humaines et ses aventures.

Encore plus que dans le premier tome, l'intrigue tiens une grande place. De la petite magouille en passant par le complot pour conquérir deux mondes,  il y en a pour tous les goûts. Nos personnages baignent dedans et tentent laborieusement de s'en sortir. Un régal de manipulations en tout genre !
 
Là où le bât blesse, pour moi, c'est le personnage de Mara qui est quand même notre héroïne rappelons le ! Dans le premier tome, c'était une jeune femme (voir même une jeune fille) qui n'avait rien demandé à personne et s'était retrouvée soudainement catapultée à la tête d'un naufrage. Maison en ruines, ennemis puissants, parents morts... la totale. Malgré tout, en faisant preuve d'intelligence, de volonté et d'empathie elle réussi à s'en sortir comme on l'a vu et à se faire solides alliés et de fidèles amis. J'avais adoré.
 
La différence qu'il y a ce coup-ci tiens en plusieurs points. Tout d'abord Mara a vieillit. Je sais que c'est quasiment un tabou que de discuter de l'âge d'une jolie femme, mais là ça a son importance :) En effet, après des années d'exercice du pouvoir, on pourrait s'attendre à ce qu'elle se soit endurcie. Hors là on nous répète au bas mot cent fois dans le livre à quel point c'est une femme forte, indépendante et impassible (je n'exagère pas)... et elle chiale au bas mots deux fois plus que quand c'était une ado. Ce n'est pas très cohérent, le personnage a régressé. C'est d'autant plus frustrant que tout le monde continue à en faire l'éloge quelque que soit ses actes. Céder sous la pression, ça peut arriver, mais avoir une crise de larmes toutes les cinq minutes quand on est responsables d'un petit pays, ça ne passe pas ! Arrêtez de me vanter la perfection morale, intellectuelle et intellectuelle d'un personnage que je vois exploser entre deux échecs concernant la traite d'esclaves ! Ou alors faites le plus subtilement pour que l'andouille que je suis ne s'en rende pas compte.
 
En outre, là où auparavant elle était présentée comme un modèle voulant faire évoluer la société où elle vit, Mara est désormais bien plus conservatrice dans ses idées. Avec l'esclave Kevin notamment avec qui elle ne tarde pas à développer des sentiments avant de passer aux choses sérieuse. Je veux dire, elle l'aime, hein, mais faut pas déconner non plus, c'est quand même qu'une merde d'esclave qui doit ramper pour accomplir ses caprices. Non ?!
 
Bref, le personnage de Mara m'a totalement ruiné cette relecture. Elle fini laborieusement par se rendre compte d'une partie de ses erreurs uniquement vers la fin et c'est bien dommage... Surtout que le reste du livre était vraiment bon. Tous les autres personnages sont intéressants à suivre (sauf quand ils idolâtrent Mara). On assiste progressivement à l'ouverture entre deux mondes différents (malgré la guerre qui fait des ravages) et on en apprend même un peu plus sur les Tout-Puissants, cet ordre de magiciens qui disposent d'une autorité quasiment divine sur le monde entier.
 
Je suis pour qu'on sorte des stéréotypes du preux chevaliers allant sauver la princesse. Généralement deux types d'auteurs s'en occupent. Les mauvais qui pensent que ça leur fera un coup de pub en étant moderne et les bons qui arrivent à intégrer leur héroïnes intelligemment pour éviter les autres stéréotypes. Les plus insupportables étant la guerrière qui a tout du bonhomme, mais en plus une paire de seins et la manipulatrice et celle autour duquel le monde doit tourner parce qu'elle est trop belle et sensible. A part des ados aux idées pas encore mûres je ne vois pas qui cela attire.
 
Hors Feist me donne ici avec son traitement de Mara l'impression d'être un de ces mauvais auteurs. D'une œuvre qui se voulait moderne en nous présentant une héroïne en fantasy, on arrive à l'effet inverse digne du pire misogyne en versant dans un troisième stéréotype que j'appellerai "je-suis-une-femme-forte-mais-je-chiale-beaucoup-heureusement-que-j'ai-toujours-raison". Oui, je ne suis pas très doué pour les noms, pas la peine de me  le signaler...
 
Avant de me faire lyncher par une foule de fans en colère je précise pourtant que je considère  Feist comme très bon. Seulement voilà aucun livre n'est parfait, et ici, selon moi il s'est bien raté à cause de son personnage principal. Gâchant ainsi un excellent livre dans une trilogie devenue culte. Heureusement le troisième tome rattrape le coup et est presque aussi bon que le premier..

Publié dans Fantasy, Contre-pied

Commenter cet article