Au champ du déshonneur

Publié le par Fred

Au champ du déshonneur - Honor Harrington Tome 4 - David Weber
Aujourd'hui on aborde au champ du déshonneur, quatrième tome de la saga de science-fiction intitulée Honor Harrington du nom de son héroïne. J'ai découvert l'auteur, David Weber, il y a peu, et le moins qu'on puisse dire c'est que j'ai accroché. Vous trouverez la critique du premier tome ici et celle du précédent opus .
 
En bref : la dernière mission du capitaine Honor a encore une fois failli tourner au désastre. Bien qu'elle s'en soit sortie avec les honneurs, ce n'est pas le cas de tous.
Pavel Young, son ennemi juré est enfin allé trop loin. De retour de la boucherie il doit passer en jugement martial pour lâcheté et trahison. Mais c'est un Lord de l'empire Manticorien et le fils à papa vicieux d'un puissant politicien. Avec les moyens dont il dispose, même lui risque d'échapper à son sort. Or, il est prêt à absolument tout pour se venger de celle qu'il juge responsable de tous ses malheurs.
Cette fois impossible pour notre brave héroïne de traiter ses problèmes à coup de missiles dans une bataille dantesque. Non, cette fois, l'ennemi n'est pas une nation voisine belliqueuse, mais le jugement de son propre peuple et de son système politique tout entier.
Dans ma critique du précédent tome, j'avais signalé des différences notables par rapport au début de la saga. Le moins qu'on puisse dire, c'est que ce quatrième volume pousse les changements bien plus loin. Dans le fond comme dans la forme, l'auteur à remodelé son univers pour notre plus grand plaisir. Bien que le livre soit assez lent à démarrer, l'action ne va pas manquer, bien que ça soit d'une façon radicalement différente de d'habitude.
 
Et pour cause : il n'y a pas ici de grand combat spatial final. Attention, j'ai adoré les précédents, menés d'une main de maître par David Weber. Ils étaient palpitants jusqu'au bout, mais je ne regrette pas qu'il se soit abstenu ici, et pour une raison très simple : ce tome apporte tout ce qu'il manquait auparavant à la saga.
 
Si Honor était un peu effacée dans le précédent tome, elle fait ici un retour en force. Si l'aspect militaire et rigoureux était très poussé jusqu'à maintenant, en revanche ce tome est là pour développer les personnages. Au premier plan, et de loin il y a évidemment Honor, mais aussi son compagnon Paul (awww ils sont mignons tous pleins <3), mais aussi des personnages récurrents à la saga, amis proches ou protecteurs, comme Aliastar McKeon ou l'amiral Alexander. Tous s'étoffent sensiblement ici, et plus que par la hiérarchie on voit qu'ils sont maintenant liés par une franche complicité.
 
Le procès de l'ordure qu'est Pavel Young n'est pas une sinécure. Comme annoncé plus haut, ce gosse arrogant est vraiment prêt à tout pour venir à ses fins. C'est un changement notable dans la saga puisque pour la première fois on a droit à un véritable ennemi au sein même des forces de Manticore (et non pas des crétins passifs ou simplement incompétents). Cependant, à un moment donné le lecteur est surpris par l'étonnante "bonne tournure" que prennent les événements. On n'y était pas habitué...
 
C'est à ce moment précis que la pauvre Honor va recevoir une monumentale claque expédiée par les dures réalités de la vie (dans un roman de SF en tout cas). Elle est passé par de nombreux défis, et globalement elle en est ressortie à chaque fois grandie... cependant à chaque victoire il lui a fallu payer le prix du boucher.
 
Que ce soient des proches qu'elle a perdu ou de "simples" subordonnés, Honor se sent responsable, et sous la carapace de femme forte et impassible faisant son devoir coûte que coûte, les fissures s’agrandissent. Quand finalement s'en est trop, on assiste alors à quelques passages réellement tristes où l'on craint que notre capitaine préférée ne se soit brisée en morceaux sous la pression, ne laissant qu'un robot dépouillé de sentiments.
 
David Weber a produit encore une fois un très bon livre mêlant les plus purs éléments de la SF à des traditions d'un autre temps. Du système de bataille inspirée de la marine en passant par les sociétés dépeintes et même leurs codes d'honneur : autant de pièces qui auraient pu détonner, mais qui sont ici intégrés efficacement pour nous tenir en haleine !

Publié dans Fantasy, HonorHarrington, SF

Commenter cet article