Une guerre victorieuse et brève

Publié le par Fred

Honor Harrington tome 3 : une guerre victorieuse et brève. David Weber. Science Fiction.

Aujourd'hui on aborde le troisième tome de la saga de Science-Fiction Honor Harrington écrite par David Weber. Il s'agit d'une guerre victorieuse et brève. Vous trouverez ici les critiques du premier et second tome de cette excellente série.

En bref : les rivalités entre les deux blocs stellaires de Havre et de Manticore sont à leur comble. Suite aux déchirements internes de la République Populaire de Havre ses dirigeants ne voient qu'une solution. Il leur faut une guerre victorieuse et brève pour renflouer les caisse et regonfler le moral du peuple. La cible est toute trouvée : fini les ruses secrètes et les assauts indirects, l'heure de la grande offensive contre Manticore a sonné.

Affectée à son nouveau poste, l'héroïne en convalescence Honor Harrington se dresse sur leur chemin avec des forces pathétiques en comparaison de la machine de guerre Havrienne. Qu'à cela ne tienne, ces derniers n'ont qu'a bien ce tenir ! Pour lui compliquer la tâche elle aura droit à des supérieurs la considérant comme une tête-brûlée, et un vieil ennemi avec qui elle en était venue aux mains...

Une guerre victorieuse et brève est sensiblement différent des premiers tomes de la saga, mais pourtant très bon.

Le premier point qui saute immédiatement aux yeux du lecteurs, c'est évidemment la guerre qui arrive. Après un build-up de deux tomes et demi, on le sait, la situation va "enfin" exploser. Depuis le temps qu'on nous vendait cette relation tendue entre Manticore et Havre, il était temps, mais l'ouverture des hostilités valait la peine de patienter.

Malgré ce fait et le nom du roman très va-en-guerre, ce tome commence pourtant assez lentement. Et pour cause, on assiste à la remise du personnage d'Honor suite à ses dernières péripéties. Pour rappel elle a quand même perdu un œil ainsi que la mobilité de ses muscles faciaux, un mentor et accessoirement la moitié de son dernier équipage. Il n'y a pas à dire, ça mérite qu'on s'y attarde et qu'on développe un peu la psychologie du personnage !

Plus que jamais, Honor émerge des situations de crises grandie. Intelligente et apte à commander elle a bien progressé depuis la première fois que nous l'avons rencontrée. La plupart des gens la respectent, voir l'idolâtrent. Pourtant je me dois de marquer une différence sensible avec le personnage de Mara des Acoma sur lequel j'ai beaucoup craché dans ma critique de Pair de l'Empire. En effet, d'une ici l'effet d'éloge est moins flagrant, en plus le contraste entre la dirigeante forte et l'être humain au bord de la crise sous la pression est moins marqué. Mais surtout ici je les accepte mieux car à mon sens ces compliments élogieux incessants de l'héroïne sont mérités, et cette dernière dispose d'une vraie conscience... 

Bref, ici Honor à droit à un peu plus de développement de personnage, surtout en début de tome et c'est tant mieux. En contrepartie, et par rapport aux précédents volumes, elle est significativement en retrait pour le reste de l'action. En un sens c'est dommage quand vous adorez comme moi le personnage, dans un autre c'est logique : il y aurait donc plus qu'une personne "importante" à suivre du côté manticorien. Cela s'explique entre-autres parce que pour une fois Honor sera en présence de supérieurs hiérarchiques et non plus totalement livrée à elle-même avec les pleins pouvoirs.

Globalement, ce tome reste centré non pas sur un unique personnage, mais bien sur un conflit idéologique, politique et militaire. Et pour un fois c'est plus centré du côté des "méchants" Havriens qu'on a droit au développement politique. J'ai d'ailleurs bien aimé les passages de leur point de vue. Il y a certes de l'arrogance chez certains, de la stupidités chez beaucoup, mais pas que. On y retrouve aussi des gens soucieux de leurs missions ou de leur peuple. Quelques uns des militaires ont effectivement un cerveau, et -plus surprenant encore dans le contexte- quelques politiciens aussi ! On sent bien que les conflits internes sont pour eux plus importants que cette petite guerre qui s'annonce... à tord ou à raison !

Comme les précédents tomes, on aborde le sujet de la guerre spatiale avec une multitude de détails techniques. A l'échelle de l'univers, le vide de l'espace et les distances immenses qui peuvent cacher vaisseaux et pièges compliquent sacrément la tâche et poussent les deux côtés à faire des erreurs d'appréciations. Il faut parfois un peu s'accrocher pour bien visualiser les situations explosive et comprendre les problèmes. Heureusement une note explicative en fin de livre expliquera les tenants et aboutissants de la technologie fictive employée ici et qui transforme les conflits spatiaux en bataille navale entre colosses. Un must-have pour le nouveau lecteur ou si vous avez laissé trop de temps s'écouler depuis votre dernière lecture.

A ce sujet, la technologie et le contexte imposent un sombre côté inéluctable aux conflits, une facette que j'ai beaucoup apprécié d'ailleurs. Les vitesses relatives énormes et l'impossibilité d'analyser à temps le grand vide de l'espace ont un impact drastique sur tout affrontement. Un chasseur peut soudain s’apercevoir qu'en fait il est la proie quand ses ennemis silencieux se révèlent, et comprendre que dans les heures qui vont précéder son anéantissement, il n'y a rien qu'il puisse faire. Cette quasi-destinée imparable des combats augmente significativement le côté dramatique (et les pertes), pour notre plus grand plaisir de lecteur.

En conclusion, c'est un tome qui a une approche un peu différente des précédents. Les enjeux sont enfin ceux que l'on craignait (et désirait) depuis le début. Honor est (légèrement) mise de côté mais dévoile en contrepartie d'autres personnages très intéressants. Surtout on a plus que jamais l'impression de faire partie d'un grand univers créé par l'auteur, rendu d'autant plus crédible par les détails technique et politique. Sans surprise, le titre s'annonce mensonger et un conflit d'envergure vient de commencer !

Quatrième tome ici.

Publié dans SF, HonorHarrington

Commenter cet article